La Planète Revisitée : Expéditions Guyane Française

Objectifs

Madagascar

Distribution de la température de l'eau dans le Sud malgache

Distribution de la température de l'eau dans le Sud malgache

[© J.R.E. Lutjeharms, E. Machu / Deep-Sea Research I 47 (2000) 2405-2411]

Distribution de la densité de chlorophyle dans le Grand Sud malgache

Distribution de la densité de chlorophyle dans le Grand Sud malgache

[© J.R.E. Lutjeharms, E. Machu / Deep-Sea Research I 47 (2000) 2405-2411]

Etudier l'endémisme du sud-malgache

 

En novembre 2008, une mission préliminaire a confirmé les présomptions des chercheurs concernant le fort potentiel de la région. Des espèces inconnues des biologistes, et donc probablement nouvelles, ont été aperçues dans de nombreux groupes : algues, poissons, astéries, nudibranches... Aucune collecte n'a toutefois pu être effectuée à cette occasion, cette mission de repérage ne disposant d'aucune autorisation de prélèvement.
L'expédition de 2010 conduira un inventaire taxonomique des poissons du macrobenthos et de quelques groupes de la petite macrofaune : mollusques, crustacés et décapodes. Il y a de fortes chances pour que de nouvelles espèces soient découvertes dans chacun de ces groupes. Les  organismes collectés seront caractérisés par barcoding et permettront de mieux comprendre les grandes unités géographiques de la région et leurs peuplements.

Les zones de collectes dans le Grand Sud de Madagascar

Les zones de collectes dans le Grand Sud de Madagascar

[© Sur Le Toit | MNHN]

 

Évaluer la pertinence des indicateurs écologiques

 

En raison de la complexité des  thématiques environnementales, du manque de moyen et de l'urgence, les scientifiques et les décideurs ont tendance à ne retenir que certains taxons unité abstraite qui regroupe tous les organismes vivants partageant des caractères définis.pour servir d’indicateurs de biodiversité. Ces taxons sont ensuite considérés comme représentatifs de la diversité biologique en général. Ces choix, bien que nécessaires, finissent malheureusement trop souvent par orienter de façon quasi-exclusive les politiques de conservation. En ce qui concerne le milieu marin, au cours des 20 dernières années, les grandes ONG internationales de conservation ont fait de la richesse spécifique des coraux l'outil quasi-unique de mesure de la richesse des zones côtières tropicales. Or, les cartes établies d'après ces critères s'appuient surtout sur des observations de terrain concernant l'Asie du Sud-Est et le Pacifique, et fournissent peu d'informations sur les zones situées en périphérie, pour lesquelles les données manquent. Un objectif de la campagne Atimo Vatae sera de fournir ce type de données afin de modéliser la richesse globale de la région. Les résultats seront comparés avec ceux obtenus par Philippe Bouchet, au cours d'expéditions antérieures menées au coeur et au voisinage du Triangle de Corail (Philippines, Nouvelle-Calédonie) et en périphérie (Vanuatu).

 

Créer des outils pour améliorer la conservation

 

À Madagascar, la plus grande partie des inventaires de biodiversité concerne le domaine terrestre. En revanche, le domaine marin n’a fait l'objet jusqu’à présent que d'un petit nombre d'études, qui concernent qui plus est les grandes espèces charismatiques (dugong, tortues, cétacés, requins) et les récifs coralliens. Ce manque de données est évidemment un obstacle à la mise en place de politiques de conservation efficaces, mais ce n'est pas le seul problème. Les difficultés rencontrées en termes de diffusion des connaissances constituent aussi un handicap majeur. En effet, des inventaires très ciblés, réalisés par des chercheurs étrangers publiant leurs résultats dans des journaux très spécialisés, est difficilement utile aux acteurs et aux décideurs locaux.
Pour cette raison, la campagne Atimo Vatae affiche aussi des objectifs de formation et restitution. Des chercheurs et des étudiants malgaches participeront à l'expédition et à l'analyse des résultats. Dans les deux ans qui suivront, un ouvrage « semi-grand public » sur les paysages, la faune et la flore du grand sud de Madagascar sera édité. Enfin, une exposition itinérante sera organisée en partenariat avec le Muséum d'Histoire Naturelle de la Réunion, initiative ayant pour objectif avoué de susciter un sentiment de fierté et d'appropriation culturelle de cette biodiversité.