La Planète Revisitée : Expéditions Guyane Française

Partenaires_techniques

Partenaires techniques

Madagascar

L’Institut de recherche pour le développement

Créé en 1944, l’Institut de recherche pour le développement est un établissement public français à caractère scientifique et technologique comptant près de 2200 agents. Présent en Afrique, en Amérique latine, en Asie et dans l’Outre-mer tropical français, l’IRD conduit des activités de recherche, d’expertise et de formation dont l’objectif est de contribuer au développement économique, social et culturel des pays du Sud. En étroite collaboration avec leurs partenaires, ses chercheurs se consacrent principalement à l’étude des milieux et de l’environnement, de la gestion durable des ressources vivantes, du développement des sociétés et de la santé. Dans le cadre de l’expédition Mozambique-Madagascar, l’IRD s’associe aux équipes scientifiques du MNHN en mettant à leur disposition un de ses deux navires de recherche océanographiques hauturiers. L’ANTEA est un catamaran naviguant dans l’Atlantique tropical et certaines parties de l’océan indien ;  polyvalent, il intervient en appui aux recherches concernant les relations océan-climat, les mécanismes de production et la dynamique océanique, le suivi et l’aménagement des pêcheries ou les géosciences marines.

UNIMA

Créé en 1972, le Groupe UNIMA est pionnier de la crevette à Madagascar. Avec un effectif de 3500 personnes, Unima est le premier exportateur de l’île. Le groupe possède une société de pêche de crevettes sauvages (Les Pêcheries de Nossi-Be) et une société d’aquaculture (AQUALMA). Conscient des enjeux sociaux et environnementaux, le Groupe est fortement implique  dans le développement durable, notamment au travers d’un partenariat inédit avec le WWF. La crevette d’élevage UNIMA bénéficie du Label Rouge signe de qualité. C’est une première mondiale dans l’univers de la crevette. Des démarches d’écocertification sont en cours sur la pêche comme sur l’aquaculture. Aujourd’hui, UNIMA poursuit son implication dans l’environnement en mettant à disposition des scientifiques de « La Planète Revisitée » l’un de ses crevettiers : le Miriki.

pour en savoir plus

Air Madagascar

Installée en France en nom propre depuis 1975, Air Madagascar opère à destination du marché français depuis le début des années 60. Avec un effectif de plus de 1500 personnes, la compagnie Air Madagascar couvre un large réseau de 50 destinations dans 11 pays. Elle propose actuellement des liaisons non-stop entre la France et Madagascar au départ de Roissy-CDG et au départ de Marseille-Provence. En plus de ses vols sans escale sur Antananarivo, capitale de Madagascar et hub de la compagnie nationale malgache, Air Madagascar vient de  mettre en service une nouvelle liaison sans escale reliant Paris à Nosy Be, avec continuation sur Moroni, aux Comores. Air Madagascar contribue à l’Année Internationale de la Biodiversité en renforçant son soutien aux Madagascar National Parks et en  faisant voyager les équipes scientifiques du MNHN, leur faisant bénéficier de conditions privilégiées.

pour en savoir plus

Port d'Ehoala

Ouvert depuis le 8 juillet 2009, le nouveau port d’Ehoala à Fort Dauphin offre une situation mutuellement avantageuse pour Rio Tinto QMM et l'Etat Malgache. D'une part, Rio Tinto QMM a besoin d'une installation portuaire adéquate pour exporter les minerais. D'autre part, dans un contexte d’économie mondialisée où le développement ne peut se faire sans les infrastructures de transport nécessaires, le Port d’Ehoala qui est un port d'utilité publique va contribuer efficacement au désenclavement de la région, et à l’ouverture de Madagascar au monde avec l’accueil de tous types de navires dont des navires de croisières.

La construction du Port d'Ehoala a été financée par le groupe Rio Tinto à hauteur de 240 millions de dollars US , et l'Etat malgache à hauteur de 35 millions de dollars US à travers le projet Pôles Intégrés de Croissance (PIC), un projet financé par la Banque Mondiale.
Ses caractéristiques techniques :

  • port en eaux profondes (15,75 mètres au quai principal) avec un brise-lames de 625 mètres,  3 quais disponibles ;
  • normes de sécurité ISPS (International Ship and Port Security) ;
  • espace disponible pour les investissements de 400 hectares ;
  • disponibilité d’eau et d’électricité ;
  • gestion privée.

pour en savoir plus